Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol24.djvu/199

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IX

Si tous les hommes pratiquaient la doctrine de Christ, ce serait le règne de Dieu sur la terre ; si je suis seul à la pratiquer, je ferai ce qu’il y a de mieux pour tous et pour moi-même. En dehors de l’accomplissement de la doctrine de Christ, il n’y a pas de salut.

« Mais où puiser la foi pour la pratiquer, la suivre sans cesse et ne jamais y faillir ? Je crois, Seigneur, viens au secours de mon incrédulité. »

Les disciples demandent à Christ de raffermir leur foi. « Je veux faire le bien et je fais le mal », dit l’apôtre Paul. « Il est difficile de faire son salut », voilà ce que l’on dit et pense généralement.

Un homme se noie et appelle au secours. On lui tend une corde qui seule peut le sauver, et l’homme qui se noie dira : Raffermissez en moi la croyance que cette corde sera mon salut. Je crois, dit