Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol24.djvu/200

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’homme, que cette corde me sauvera, mais venez en aide à mon incrédulité.

Que veut dire cela ? Si un homme ne saisit pas ce qui doit le sauver, cela veut dire évidemment que cet homme n’a pas compris sa situation.

Comment un chrétien, qui fait profession de croire à la divinité du Christ et à sa doctrine, quelque sens qu’il lui attribue, peut-il dire qu’il veut croire et ne le peut pas ? Dieu même, descendu sur la terre, a dit : Le feu, les tourments, les ténèbres éternelles vous attendent et voici votre salut — une doctrine qu’il faut accomplir. Il n’est pas possible qu’un pareil chrétien ne croie pas au salut qu’on lui offre, qu’il n’en profite pas et qu’il dise : « Viens au secours de mon incrédulité ».

Pour parler ainsi, il faut que l’homme non seulement ne croie pas à sa perdition, mais qu’il soit certain de ne pas périr.

Des enfants sont tombés d’un bateau dans l’eau. Pour un moment leurs habits et leurs faibles mouvements les maintiennent à la surface du courant et ils ne se doutent pas du danger. Du haut du bateau qui s’éloigne on leur jette une corde. On leur crie qu’ils vont sûrement périr, on les supplie de saisir la corde (les paraboles de la femme qui retrouve une drachme, du berger qui retrouve la brebis perdue, du fils prodigue, ne parlent que de cela), mais les enfants ne le croient pas. Ce n’est pas à la corde qu’ils ne croient pas : ils ne croient