Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol24.djvu/226

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chacun se souvienne de tous les moments pénibles de son existence, de toutes les souffrances physiques et morales qu’il a endurées et qu’il endure, et qu’il se demande au nom de quoi il a supporté tous ces maux : au nom de la doctrine du monde ou au nom de la doctrine de Christ ? Que tout homme sincère se souvienne bien de toute sa vie et il verra que jamais, pas une seule fois, il n’a souffert en pratiquant la doctrine de Christ et que la plus grande partie des malheurs de sa vie provenaient uniquement de ce que, contrairement à son inclination, il suivait la doctrine du monde.

Dans ma vie, exceptionnellement heureuse au point de vue du monde, je puis compter une telle quantité de souffrances endurées au nom de la doctrine du monde qu’elles suffiraient à n’importe quel martyr de la doctrine de Christ. Tous les moments les plus pénibles de ma vie, à commencer par les orgies et les duels d’étudiant, les guerres, les maladies et les conditions anormales et pénibles dans lesquelles je vis maintenant, — tout cela n’est qu’un martyre subi au nom de la doctrine du monde.

Oui, je parle de ma vie exceptionnellement heureuse au point de vue du monde. Et combien de martyrs ont enduré et endurent actuellement pour la doctrine du monde des souffrances qu’il me serait difficile même d’imaginer !

Nous ne voyons pas les difficultés et les dangers