Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol24.djvu/234

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ils ne sont pas enfermés dans une prison, mais les conditions de leur genre de vie, par rapport à la famille, sont plus affreuses que la privation de la famille infligée aux gens détenus dans les prisons.

La quatrième condition du bonheur, c’est la communion libre et affectueuse avec tous les hommes. Là, encore, plus haute est la situation mondaine, plus on est haut placé sur l’échelle sociale, plus on éloigne cette cause de bonheur. Plus on s’élève, plus se rétrécit le cercle des gens avec lesquels il est permis d’entretenir des relations ; et plus le niveau moral et intellectuel des hommes qui forment ce cercle s’abaisse. Le paysan avec sa femme est libre d’entrer en relations avec chacun et si un million d’hommes ne veulent avoir rien de commun avec eux, il y a 80 millions d’ouvriers comme eux, depuis Arkhangelsk jusqu’à Astrakhan, avec lesquels ils peuvent fraterniser sans qu’il soit besoin de visite ou de présentation. Un employé et sa femme trouvent des centaines de personnes de situation égale ; mais les employés supérieurs ne les admettent pas, et eux, à leur tour, ne fraient pas avec leurs inférieurs. Pour un homme du grand monde et sa femme, il n’y a que quelques dizaines de familles qu’ils peuvent fréquenter ; le reste leur est étranger. Pour le

    sique, morale et intellectuelle. Tel est le raisonnement qui doit servir de justification à l’existence absurde des parents eux-mêmes.