Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol24.djvu/277

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tôt, ils virent que le nouveau pilote était inutile et ils se moquèrent de lui et le chassèrent.

Malheureusement ces gens, mécontents du pilote incapable, oublièrent que sans pilote on ne peut pas naviguer. C’est ce qui arrive à notre société chrétienne. L’Église ne gouverne pas, on navigue facilement, nous sommes allés bien loin et toute la science dont les succès enorgueillissent le xixe siècle s’égare aussi ; cela vient de l’absence de pilote. Nous naviguons sans savoir où. Nous vivons et organisons notre vie sans savoir aucunement pourquoi. Et l’on ne peut pas plus naviguer et ramer sans savoir où l’on va, qu’on ne peut vivre sans savoir pourquoi l’on vit.

Si les hommes, sans rien faire par eux-mêmes, étaient placés par une force extérieure dans la situation où ils se trouvent, à la question : pourquoi êtes-vous dans cette situation ? ils pourraient raisonnablement répondre : Nous l’ignorons ; nous sommes dans cette situation et nous la subissons. Mais les hommes se créent eux-mêmes leur situation pour eux et pour les autres, surtout pour leurs enfants ; c’est pourquoi, quand on demande : Pourquoi réunissez-vous des millions de soldats et vous faites-vous soldats vous-mêmes, pour vous entretuer et vous estropier les uns les autres ; pourquoi avez-vous dépensé et dépensez-vous une somme énorme de forces humaines, qui représente des milliards, à construire des villes inutiles et mal-