Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol24.djvu/292

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nouvelle vie. Il sent son impuissance et ne peut point ne pas accepter la doctrine de Christ.

Christ enseigne aux hommes, avant tout, de croire à la lumière tant que la lumière est en eux. Christ enseigne aux hommes d’élever au-dessus-de tout cette lumière de la raison, de vivre en se guidant par cette lumière, de ne pas faire ce qu’eux-mêmes regardent comme contraire à la raison. Considérez-vous comme insensé d’aller tuer les Turcs ou les Allemands — n’y allez pas ; considérez-vous comme insensé de s’approprier par la force le travail des pauvres pour avoir des chapeaux haut-de-forme, vous serrer dans des corsets, meubler un salon qui vous ennuie — ne le faites pas ; considérez-vous comme insensé d’entasser dans des prisons, c’est-à-dire de vouer à l’oisiveté absolue et à la dépravation la plus épouvantable des gens déjà corrompus par l’oisiveté et la dépravation — ne le faites pas ; considérez-vous comme insensé de vivre dans l’air pestilentiel des villes quand vous pouvez vivre dans un air pur ; considérez-vous comme absurde d’enseigner à vos enfants, avant tout et par-dessus tout, la grammaire des langues mortes — ne le faites pas. Ne faites pas, en un mot, ce que fait actuellement tout notre monde européen qui tient la vie pour insensée et n’écoute pas la raison.

La doctrine de Christ est la lumière. La lumière luit et les ténèbres ne peuvent pas l’envelopper. On