Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol3.djvu/240

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cabane, s’asseyait sur le poêle et dormait à demi, écoutait les conversations du locataire. Aussitôt qu’il s’en allait, elle se jetait sur son lit et s’endormait jusqu’au matin d’un sommeil profond, calme. Le lendemain la même chose recommençait. Elle n’avait pas vu Loukachka depuis ses fiançailles, et elle attendait tranquillement le jour du mariage. Elle était habituée au locataire et sentait avec plaisir ses regards fixés sur elle.