Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol3.djvu/270

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


raison d’elle. Mais sans regretter un instant ce qu’il avait dit, il partit à la maison, et, sans même regarder les vieux qui buvaient, il se coucha et s’endormit d’un sommeil profond comme il n’en avait eu depuis longtemps.