Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol3.djvu/341

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avec curiosité la conversation des soldats et des officiers et je regardais attentivement l’expression de leur physionomie. Mais chez aucun, je ne pouvais distinguer l’ombre de cette inquiétude que j’éprouvais moi-même. Les plaisanteries, les rires, les racontars exprimaient l’insouciance générale et l’indifférence pour le danger imminent, comme si l’on ne pouvait même supposer que quelques-uns ne retourneraient déjà plus par cette route !