Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol3.djvu/351

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ciel étoilé ? Est-ce peu, sous cette nature enchanteresse, de conserver dans l’âme de l’homme les sentiments de méchanceté, de vengeance, la rage de détruire son semblable ?

Tout ce qu’il y a de mauvais dans le coeur humain devrait, semble-t-il, disparaître au contact de la nature, cette expression la plus immédiate du beau et du bien.