Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol3.djvu/84

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Enfants ! traînez-le derrière le cordon, — ordonna l’ouriadnik aux Cosaques tout en inspectant le fusil. — Et il faudra faire sur lui une hutte pour le protéger du soleil. Peut-être viendra-t-on de la montagne pour racheter le corps.

— Il ne fait pas encore chaud, — objecta quelqu’un.

— Et si un chacal le mange, ce sera bien ? — intervint l’un des Cosaques.

— Nous ferons la garde et on viendra l’acheter ; ce ne sera pas bien si le corps est déchiqueté.

— Eh bien, Loukachka, tout ce que tu veux, mais il faut offrir aux camarades un seau [1] d’eau-de-vie, — ajouta gaîment l’ouriadnik.

— Oui, c’est l’habitude, — reprirent les Cosaques. — Eh ! quel bonheur Dieu lui a envoyé, sans y voir il a tué l’Abrek.

— Achète le poignard et le caftan. Donne un bon prix. Je vendrai aussi les caleçons. Dieu l’accompagne, — dit Loukachka — ils ne m’iront pas, c’était un diable maigre.

Un Cosaque acheta le caftan pour une pièce [2]. Un autre donna pour le poignard deux seaux d’eau-de-vie.

— Buvez, camarades, j’offre un seau, — dit Louka — je l’apporterai moi-même de la stanitza.

  1. Le seau est une mesure de capacité valant 12 litres 29.
  2. Terme exprimant la valeur d’un rouble.