Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol5.djvu/126

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du tout, même je suis très bon en comparaison des autres… » pensait-il.

Il s’endormait déjà quand il fut distrait par le bruit de la porte qui s’ouvrait et des pas dans l’antichambre.

« Eh bien, je serai plus sévère avec lui ; ce sera mieux, je dois faire cela, » se dit-il.

Il sonna.

— Eh bien, l’as-tu ramené ? — demanda-t-il à Zakhar qui entrait.

— Un homme piteux, Dmitri Ivanovitch, — fit Zakhar en hochant la tête avec importance et fermant les yeux.

— Quoi ! est-il ivre ?

— Il est très faible.

— Le violon est là ?

— Je l’ai rapporté, la maîtresse l’a donné.

— Eh bien, je t’en prie, ne le laisse pas entrer ici maintenant, mets-le au lit et demain matin veille attentivement à ce qu’il ne sorte pas de la maison.

Mais Zakhar n’était pas encore sorti qu’Albert entrait dans la chambre.