Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol7.djvu/173

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


— termina la princesse, voulant de nouveau se lever ; mais le prince ne la laissa pas. — Eh quoi, il ne pouvait apprécier ! — Non, mon cousin, — ajouta-t-elle avec un soupir, — je me souviendrai toujours qu’en ce monde il ne faut pas attendre de récompense ; que dans ce monde il n’y a ni honneur, ni justice ; que dans ce monde il faut être rusé et méchant.

— Mais, voyons, calme-toi. Je connais ton bon cœur.

— Non, mon cœur est méchant.

— Je connais ton cœur, — répéta le prince, — j’apprécie ton amitié et je voudrais que tu eusses même opinion de moi. Calme-toi et parlons raison, pendant qu’il en est temps ; peut-être vingt-quatre heures, peut-être une heure. Raconte-moi tout ce que tu sais du testament et principalement où il se trouve ; tu dois le savoir. Nous le prendrons immédiatement et le montrerons au comte. Assurément il n’y pense déjà plus et voudra le détruire. Tu comprends que mon seul désir est de remplir fidèlement sa volonté, je ne suis ici que pour cela. Je ne suis venu que pour aider vous et lui.

— Maintenant je comprends tout ; je sais qui fait ces intrigues. Je le sais, — dit la princesse.

— Il ne s’agit pas de cela, mon amie.

— C’est votre protégée, votre chère princesse Anna Dmitrievna Droubetzkaïa, dont je ne vou-