Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol7.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


aux paroles enfantines de Pierre ; son air signifiait qu’à pareille sottise il n’y avait rien à opposer. En effet, à cette opinion naïve, il était difficile de répondre autrement que le faisait le prince André.

— Si tous faisaient la guerre par conviction, il n’y aurait pas de guerre.

— Voilà ce qui serait beau ! — répondit Pierre.

Le prince André sourit.

— Oui, il est possible que ce soit beau, mais ce ne sera jamais…

— Eh bien ! Pourquoi allez-vous à la guerre ? — demanda Pierre.

— Pourquoi ? Je ne sais. Il le faut. En outre j’y vais… — il s’arrêta — j’y vais parce que cette vie que je mène ici, cette vie ne me convient pas !