Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol8.djvu/108

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VIII

Le lendemain de l’entrevue de Boris avec Rostov. avait lieu la revue des troupes autrichiennes et des troupes russes, les unes, fraîches arrivées de Russie, et les autres de retour de campagne avec Koutouzov. Les deux empereurs : celui de Russie avec le grand-duc héritier, et l’empereur d’Autriche avec l’archiduc, passaient la revue de l’armée alliée, forte de quatre-vingt mille hommes.

Dès l’aube, les troupes commencèrent à se mouvoir dans leur tenue de parade et s’alignèrent dans les champs devant la forteresse. Tantôt, des milliers de pieds, de baïonnettes et de drapeaux flottants s’agitaient sur l’ordre des officiers, s’arrêtaient, se tournaient, se mettaient dans les intervalles, se laissant dépasser par d’autres masses d’infanterie avec d’autres uniformes ; tantôt, l’élégante cavalerie en uniformes bleus, rouges, verts, brodés, précédée des musiciens bigarrés sur des chevaux noirs, bais,