Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol8.djvu/136

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XI

Le lendemain, l’empereur séjourna à Vischau. Le premier médecin, Villiers, fut plusieurs fois mandé près de lui. Au quartier général et parmi les troupes les plus proches, la nouvelle se répandit que l’empereur était indisposé. Il ne prenait rien et avait mal dormi, disaient les plus intimes. Cette indisposition de l’empereur était due à la forte impression produite sur son âme sensible par la vue des blessés et des morts.

Au lever du jour, le 17, un officier français, protégé par le drapeau parlementaire, venant de l’avant-poste, arrivait à Vischau et demandait une audience à l’empereur de Russie. Cet officier était Savary. L’empereur venait de s’endormir et Savary dut attendre. À midi il était admis près de l’empereur, et une heure après il partait aux avant-postes de