Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol8.djvu/232

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


filles, et quelque chose de bleu, des rubans, des cheveux noirs et de gais visages parurent dans la porte entrouverte. C’étaient Natacha, Sonia et Pétia qui venaient voir s’ils n’étaient pas levés.

— Nikolenka, lève-toi ! dit de nouveau, près de la porte, la voix de Natacha.

— Tout de suite.

À ce moment, Pétia, apercevant un sabre dans la première chambre, l’attrapa et éprouva cet enthousiasme des jeunes garçons pour leurs frères aînés militaires, et oubliant qu’il n’était pas convenable pour ses sœurs de voir des hommes en déshabillé, il ouvrit la porte.

— C’est ton sabre ! cria-t-il.

Les fillettes s’éloignèrent. Denissov, les yeux effrayés, cachait avec la couverture ses jambes velues, et se retournait vers son camarade pour demander aide. La porte laissa passer Pétia et se referma. Des rires s’entendaient de l’autre côté de la porte.

— Nikolenka, sors en robe de chambre, — prononça la voix de Natacha.

— C’est ton sabre ? demandait Pétia. Ou le vôtre ? fit-il avec un respect servile au noir Denissov aux longues moustaches.

Rostov se chaussa rapidement, mit sa robe de chambre et sortit. À ce moment Natacha avait déjà mis une botte éperonnée et glissait l’autre. Sonia pirouettait sur elle-même pour faire le ballon et