Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol8.djvu/372

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


est sincère, en dire plus que les paroles. Vous verrez peut-être, dans votre admission future, ce moyen d’explication. Notre ordre imite les sociétés antiques qui exprimaient leurs doctrines par les hiéroglyphes. L’hiéroglyphe, c’est la figuration d’une chose abstraite qui contient en elle les propriétés de l’objet qu’elle symbolise.

Pierre savait très bien ce qu’est un hiéroglyphe mais n’osait parler.

En silence, il écoutait le rhéteur, et sentait, par tout, que les épreuves allaient commencer.

— Si vous êtes décidé, je dois procéder à votre initiation, dit le rhéteur en s’approchant de Pierre. En signe de générosité, je vous demande tous les objets précieux que vous avez.

— Mais je n’ai rien sur moi, fit Pierre supposant qu’on lui demandait de donner tout ce qu’il possédait.

— Ce que vous avez sur vous : la montre, l’argent, les bagues…

Pierre, à la hâte, tira sa bourse, sa montre ; il lui fallut un bon moment pour sortir l’anneau de son doigt gras.

Quand ce fut fait, le maçon dit :

— En signe d’obéissance, je vous demande de vous dévêtir.

Pierre ôta son habit, son gilet et, sur l’indication du rhéteur, sa bottine gauche. Le maçon ouvrit la chemise sur la poitrine, du côté gauche, puis, il