Page:Tolstoï - Carnet du Soldat, trad. Bienstock.djvu/17

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


    le manuel après les versets évangéliques, ne signifient-elles pas du tout ce que pense l’auteur du manuel. En effet, le soldat, s’il est chrétien, pourra et devra être le guerrier du Christ, non pas quand, obéissant à la volonté des chefs qui l’ont dressé au meurtre, il tuera des étrangers qui ne lui ont fait aucun mal, ou les siens, sans armes, mais seulement, lorsqu’au nom du Christ, il renoncera à la condition sacrilège et honteuse du soldat, et quand il combattra non contre les ennemis extérieurs, mais contre les chefs qui le trompent lui et ses frères, et, quand il combattra non par la baïonnette, non avec le poing, non avec les dents, mais par la sagesse, la douceur, et la volonté de supporter toutes les souffrances et la mort même, plutôt que de rester un soldat, c’est-à-dire un homme prêt à tuer tous ceux que lui désigneront ses chefs.