Page:Tsubouchi - Ourashima.djvu/73

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 67 —


deuxième paysan (celui-ci aussi est un peu ivre)

C’est une idée ! Qu’est-ce qu’on pourrait bien faire encore ?

(Les autres inclinent la tête et réfléchissent.)

tout le monde

Oui, que faudrait-il faire ?


premier paysan

Ah ! j’ai trouvé.


tout le monde

Voyons ton idée ?


premier paysan

Écoutez ! Depuis longtemps c’est la coutume, à cette fête, de danser entre hommes et femmes. Aussi, même un ancien poète a dit :


le chant

On s’unit pour chanter et danser ; je chanterai avec la femme de mon voisin et la mienne dansera avec un autre. La divinité de cette montagne est propice à nos jeux aujourd’hui.

(Le premier paysan fait quelques gestes amoureux.)

tout le monde (applaudissant)

Ah ! ah !


premier paysan

Donc, mêlons-nous les uns les autres dans la fête, ce