Page:Tsubouchi - Ourashima.djvu/78

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 72 —


le chant (pour le mari)

Par l’amour, on atteint la vie profonde, on touche à l’éternité. Mais le monde ne connaît pas le véritable amour et il traite le nôtre comme un léger caprice !


le chant (pour deux)

Nos amours sont en fleur, et nous vivrons parmi toutes les fleurs d’amour.

(Tous deux dansent avec beaucoup de grâce, entre-croisant leurs pas, puis ils s’arrêtent.)

tout le monde (applaudissant)

Oh ! bravo, bravo !


premier paysan

C’est admirable. Buvez du saké maintenant.

(Les jeunes filles et une vieille femme apportent une coupe aux nouveaux mariés. À ce moment, on entend les cris des enfants du village ; puis trois ou quatre arrivent par l’allée de cerisiers.)

premier enfant

Oh ! quel drôle d’homme là-bas !


deuxième enfant

Ses vêtements sont déchirés. Il est fou, tout à fait.

(L’un d’eux regarde en arrière.)

troisième enfant

Le voici ! Le voici !