Page:Tsubouchi - Ourashima.djvu/80

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 74 —

sont comme des nuages roses ? On ne saurait dire si c’est le jour ou la nuit. Ai-je fait un rêve ou bien est-ce un rêve encore que je fais ?… Ai-je passé trois ans dans le palais d’éternelle jeunesse, ou bien suis-je vraiment ici, parmi ces gens en fête ? Mais pourquoi ne vois-je pas les visages de ceux que j’ai connus ?

(Ourashima s’arrête au milieu de la scène. Pendant ce temps, les paysans l’entourent sans oser l’approcher. Les uns ont un air de moquerie, les autres froncent les sourcils. Personne ne parle. Ourashima regarde à droite et à gauche et demeure pensif.)

ourashima

Je veux vous demander une chose. Où se trouve la maison du père d’Ourashima ?


premier paysan

Que dites-vous ?… d’Ourashima ? Je n’ai jamais entendu ce nom !


deuxième paysan

Habite-t-il ici depuis peu, cet homme-là ?


ourashima

Oh ! non… Voilà longtemps qu’il habite ce pays où le père de son grand-père habitait déjà.

(Le premier paysan jette les yeux de tous côtés et dit :)

Vous avez entendu ce nom, vous autres ?