Page:Tsubouchi - Ourashima.djvu/83

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 77 —


les enfants

Il est fou, il est fou.

Va-t’en, va-t’en !


les jeunes filles (avec pitié)

Le pauvre homme… Le pauvre homme…

(Ourashima encore comme dans un rêve et s’adressant à tout le monde.)

ourashima

Alors, parmi vous, il n’y a personne qui connaisse mon père et ma mère ?…


le chant (pour Ourashima)

  Je n’y puis plus rien comprendre ;
  Me voilà sans aucun parent.


(Il se relève et fait quelques gestes. Les enfants se moquent de lui. Enfin, ils bousculent Ourashima et lui crient :)

les enfants

Va-t’en, va-t’en !

(Tout le monde rit :) Ahahoa, ahahoa… Ohohoa…


les jeunes filles

Oh ! le pauvre homme, le pauvre…

(La vieille femme aux cheveux blancs s’approche d’Ourashima.)

la vieille femme

Attendez, je me souviens maintenant d’avoir entendu l’histoire d’Ourashima racontée par ma grand’mère.