Page:Tsubouchi - Ourashima.djvu/85

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 79 —

et crié… Mais jamais il n’est revenu. D’Ourashima, mort d’amour, voilà l’histoire.

(Les jeunes gens cessent de danser. Pendant ce chant, Ourashima semble la proie du remords.)

premier paysan

Mais combien de temps y a-t-il de cela ?


la vieille femme

Lorsque ma grand’mère me l’a raconté, il devait y avoir, disait-elle… oui, il y avait trois cents ans environ.

(Ourashima regarde étonné.)

ourashima

Trois cents ans passés ?


la vieille femme

Mais oui.


ourashima

Ah, ah, ah…

(Écrasé par son étonnement, il regarde le ciel. Les enfants rient de son visage un peu hagard et crient :)

Il est fou, il est fou !


ourashima

Alors, je n’ai plus de parents au monde ?

(Les jeunes mariés qui étaient restés au pied de l’arbre, d’où ils écoutaient les propos échangés, s’avancent et s’approchent d’Ourashima.)

le jeune mari

Pauvre étranger, qui êtes-vous donc ?