Page:Tsubouchi - Ourashima.djvu/91

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 85 —
s’avancent le forcent à se retirer de quelques pas en arrière. Il reste immobile et pensif.)

le chant (l’air de Nagaouta)

Je me souviens… je me souviens maintenant des paroles que m’a dites mon père en colère. Combien je regrette le passé qui ne reviendra plus ! Je rôde irrésolu sur la même plage, après tant de générations passées, comme la bouée qui Hotte sur la mer. Dois-je vivre longtemps ainsi ? Que je suis misérable !…

(Il fait des gestes de regret et de désespoir. Il tombe à terre et pleure. Revenant à lui :)

le chant

Pourquoi mon esprit est-il ainsi troublé ? N’ai-je pas la promesse faite à la princesse de la mer ?

(Il se relève et s’approche de la mer. Ses gestes semblent toujours exprimer son amour pour la princesse de la mer.)

le chant

Mais que faire ?… Il n’y a pas de chemin sur l’océan aux nombreux replis.

(Il contemple la mer avec désespoir et revient s’asseoir tristement. Au rythme rapide de la musique, les nouveaux mariés apparaissent, par la droite.)

le chant (pour la jeune femme)

Voici le fou de tout à l’heure.