Page:Tsubouchi - Ourashima.djvu/93

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 87 —


ourashima

À quoi sert la boîte que j’ai sous mon bras ? Oh ! je m’en souviens maintenant…

(Il regarde la boîte sous toutes ses faces.)

le chant (pour Ourashima)

Oh ! ma princesse ! Vous m’avez dit que si je portais toujours cette boîte, nous nous retrouverions. Quand luira-t-il, le jour où je vous reverrai ?… Si ce n’est tout de suite, mon cœur va se briser de douleur ; si ce n’est tout de suite, je dirai que vous êtes trop cruelle.

(Il fait des gestes d’amour et de désespoir.)

le chant (pour Ourashima)

C’est la boîte dans laquelle elle a renfermé son image, et qu’elle me conseilla de ne pas ouvrir. Mais pourquoi suivre maintenant un conseil donné depuis si longtemps ? À quoi bon !

(Avec des gestes violents, il défait les liens de soie qui entouraient la boîte et se dispose à ôter le couvercle. Les deux jeunes gens l’arrêtent.)

le chant (pour les deux jeunes gens)

N’ouvrez pas si précipitamment le coffret précieux…

(Ourashima veut ouvrir la boîte ; les deux jeunes gens l’en empêchent à plusieurs reprises. L’orchestre est composé d’instruments japonais et d’instruments européens qui tantôt sont en parfait accord, tantôt ne peuvent garder l’unisson.