Page:Vallès - Le Bachelier.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le collet m’inquiétait bien un tantinet ; il me semblait qu’il montait beaucoup pour l’époque ; le gilet me paraissait de quelques doigts trop long ; mais je me rappelais les théories du cossu si souvent exprimées par ma mère, et j’étais sorti, point faraud, point fat, point avec l’intention d’humilier les autres, mais avec la pointe d’orgueil qui est permise à un jeune homme bien élevé, qui étrenne une jolie toilette.


C’est la faute de ma glace, sans doute, une glace de quatre sous où l’on ne se voit pas.

Si j’avais pu me voir !… Je n’ai pas mauvais goût, allons ! Je sais bien ce qui est coquet et ce qui ne l’est pas ! En attendant, j’ai été ridicule jusqu’à la racine des cheveux.


J’ai envie d’aller me jeter à l’eau, de quitter la France !

Si c’était un homme qui s’était moqué de moi !… Je le souffletterais,… un duel !

Mais pas un de ceux qui étaient là ne m’a insulté. D’ailleurs, comme je roulais les yeux pour ne pas regarder, je n’ai pu rien voir.

Je vais donc me jeter à l’eau ou quitter la France !

Me jeter à l’eau ?… Disons plutôt adieu à la patrie !… Et encore, non !

J’ai l’air de fuir la conscription, de me refuser à payer l’impôt du sang ! C’est mal.

Je m’endors là-dessus.