Page:Vanloo, Leterrier et Tréfeu, Le Voyage dans la Lune, 1877.djvu/73

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


FANTASIA.

Eh bien, monsieur, je ne l’ai pas deviné du tout. Si vous voulez me dire ce que c’est…


CAPRICE.

Mais certainement que je vais vous le dire, ce que c’est l’amour !… Mais l’amour, c’est… attendez, il y a mille manières de l’expliquer… Ainsi, par exemple, vous me suivez bien ? L’amour, c’est…


FANTASIA.

C’est ?


CAPRICE.

C’est l’amour.


FANTASIA, riant.

Ah ! ah ! ah ! vous voyez, vous ne pouvez pas me le dire vous-même. (Riant.) Mais c’est vous qui ne savez rien, mon petit ami !… Et c’est pour ça que vous me faites perdre mon temps ! On n’est pas fort sur la terre !

Elle sort en riant aux éclats.

Scène III

CAPRICE seul, puis VLAN et MICROSCOPE.

CAPRICE.

Ah ça ! voyons… voyons… qu’est-ce qu’elle dit ? Est-ce que vraiment dans la lune ?… Oh ! ce serait trop fort !


VLAN, entrant.

Ah ! te voilà, enfin !… Il y a une heure que je te cherche !


CAPRICE.

Ah ! papa, si tu savais !


VLAN.

Eh bien, qu’as-tu ? Qu’est-il donc encore arrivé ?


CAPRICE.

Ah ! Papa, la petite princesse ?