Page:Variétés Tome II.djvu/146

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


quoy n’y seriez-vous pas mis aussi bien comme luy26 ?

Martin, un de ceux qui reçoit les deniers, entendant qu’il parloit ainsi, et admirant sa constance, commence à secouer le joug de la douleur et s’esgayer, luy parlant en ces termes : Vrayement, nous sommes insensez de nous tant affliger pour les biens de ce monde ! N’avez-vous pas parlé aujourd’huy à monsieur Chanteau ? On m’a dict qu’il veut vendre son lict en broderie… Est-il possible ? Je ne le crois pas. Certes, s’il le fait, c’est une marque evidente qu’il a bien perdu, aussi bien comme nous.

Madame Roberde, qui estoit en un coing, triste et toute esplorée, comme saisie de fureur et de rage, et faisant destiller de ses yeux un torrent de pleurs, accusant la severité du ciel et blasmant son sort, s’escrie en ces termes (ses cheveux espars ventilloient de toutes parts ; sa face estoit toute battue ; bref, elle estoit en un triste et deplorable esquipage) :

Voilà la chance retournée !
Au diable soit le poisson !
Je voudrois que de ceste année
N’en eusse veu en ma maison.

Mais une autre poissonnière, la voyant en ce piteux estat, commence à luy repartir : À la verité, je ne sçay pourquoy vous vous affligez tant. Sus, quittez vos pleurs et vos sanglots. Je devrois bien donc avoir juste occasion de me laisser saisir à la douleur,


26. Le trait devient plus piquant lorsqu’on sait que M. de Schomberg étoit surintendant des finances.