Page:Variétés Tome II.djvu/184

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


convent se depeupler de jour à autre par les degradations et mauvais mesnages de plusieurs nos predecesseurs, ce qui est venu en tel excès qu’il y a danger que les bois ne nous defaillent par cy-après ; d’ailleurs la plus grande partie de nos terres a esté employée en vignes, qui tourne au grand interest de tout le public ; nous, pour tenir le moyen à l’un et à l’autre point, defendons de coupper plus bois de haulte fustaye, jusques à ce qu’autrement en ait esté par nous et nostre conseil ordonné ; et au surplus, à l’imitation de quelques anciens empereurs, voulons que la troisiesme partie du vignoble soit arrachée et reduicte en terre labourable20 ; et, pendant cette surseance de coupper, les gentilshommes et damoiselles se chaufferont de serment, et les pauvres de paille ardant.

28. Tous arbres esquels croissent noix21 ou noisettes seront arrachez. Aussi ne seront semez en nos jardins souciz ny pensées.

29. Quant aux jeux et autres recreations d’esprit, nous permettons toutes sortes de jeux honnestes. Entre lesquels recommandons par especial le trou madame, le jeu du billart, tous jeux de dame souz


20. Cet arrêt burlesque de Pasquier fut sérieusement formulé et mis en vigueur au commencement du XVIIIe siècle. « La passion du vin, dit Lemontey, étoit assez répandue ; déjà quelques parlements avoient ordonné qu’on arrachât les vignes plantées depuis 1700. » Histoire de la régence.

21. Pasquier joue ici sur la ressemblance des mots noix et noisettes avec noises (disputes).