Page:Variétés Tome II.djvu/190

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


contre-rolle des accouchées, suyvant le privilége qui leur est de tout temps acquis.

40. Et neantmoins, sur les doleances qui nous ont esté faites par les dites damoiselles sur les gros haulx de chausses, disans qu’ils avoient esté expressement inventez pour empescher leur deduict et contentement, joinct que tels habillemens ne servent que d’ypocrisie et de masque, representans par l’exterieur chose grosse et grande, combien que le plus du temps il n’y ait rien ou bien peu dedans ; et au contraire se pleignent les gentilshommes des vasquines35, vertugales et grans devans que portent aujourd’huy les femmes36, nous pour ce sujet en avons osté et ostons la coustume, nous rapportans à la mode d’Italie.

41. Entre les viandes, nous deffendons, ainsi qu’en plusieurs autres païs, le porc, et en outre voulons que l’on s’abstienne du veau, oyson, becasse ; et des herons, defendons principalement la cuisse37.

42. Afin que chacun apprenne de demourer en


35. Elles commençoient à ne plus être à la mode, au grand désespoir de plusieurs dames. En 1563, il avoit paru à Lyon, chez Benoist Rigaud, une pièce ayant pour titre : Blason des basquines et vertugalles, avec la belle remonstrance qu’ont fait quelques dames quand on leur a remonstré qu’il n’en falloit plus porter.

36. On lit dans l’édit. de 1574 : Remettons ceste matière à nostre conseil estroit pour en estre plus mûrement délibéré avec nos gens d’amour.

37. Le héron est proscrit ici comme étant le plus couard et le moins amoureux des oiseaux. On sait, d’ailleurs, que la cuisse héronnière est le type de la maigreur.