Page:Variétés Tome II.djvu/191

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cervelle et sache rendre raison de son faict, toutes bestes qui se trouveront en dommage seront rigoureusement chastiées, à la charge que, si elles sont surprises sur le fait, les dites choses seront tenües pour non advenües.

43. Et sur tout, deffendons de fascher aux champs les bestes cornües qui se trouveront ombrageuses.

44. Tout ainsi que nous bannissons de nostre couvent les medecins reubarbatifs, ne voulans que l’on en face un estat particulier et exprès, aussi, au contraire, nous ne rejettons pas les medecines, entre lesquels nous approuvons grandement les simples.

45. N’empeschons que, selon les occurences des maladies, de deux simples l’on ne puisse faire une mixtion et composition bonne et saine, moyennant qu’en toute composition l’on y mette toujours six ou sept doibts de casse, en corne et tuyau.

46. Nous approuvons les suppositions, ostons toutesfois toutes seignées, sinon celles qui se feront de la veine d’entre les deux gros orteils.

47. Seront et sont, dès à présent, tous vieux escus, ensemble les grands vieux doubles ducats, descriez, et auront seulement cours entre nous les desirez38, saluts et jocondalles, nobles et marionnettes39.



38. Nous ne savons quelle étoit cette monnoie, dont le nom fait du moins supposer la valeur. Le salut étoit une monnaie d’or avec une image de la vierge recevant la salutation angélique ; la jocondale, un dollar de la valeur de trois schellings, selon Cotgrave ; la marionnette, un petit ducat d’Allemagne, d’or de bas aloi.

39. L’édition de J. Sara, 1618, s’arrête ici. Après ce dernier mot on y lit : Car tel est nostre plaisir. Fin.