Page:Variétés Tome II.djvu/242

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Une brunette d’auprès de la porte de Sainct-Victor, qui le faisoit autrefois à ceux qu’elle rencontroit, et maintenant le faict à tous venans, allonge le col et commence à dire : Pour moy, je suis d’une humeur que j’ayme mieux le futur que le passé, et la besongne à faire que celle qui est faicte, et ne suis pas si folle comme une esventée de nostre quartier, laquelle, ayant donné l’heure et le mot du guet à un honorable et authentique savetier qui la poursuivoit d’amour, après l’avoir faict despouiller et mettre entre deux draps, elle enferma ses habits et sa chemise dans un coffre et fit entrer deux soldats, ou pour mieux dire deux fillous et macquereaux, et fallut que le pauvre savetier prit la fuitte nud comme un ver, n’ayant rien que le tirepied en escharpe.

— De ma part, je trouvay ceste action mauvaise ; et, toutes les fois que nostre maistre est venu en ma garde-robbe, si j’eusse crié au secours ou que je luy eusse faict tel affront, c’estoit perdre l’usufruit que j’en ay receu depuis.

— Pour mon particulier, dict une saffrette6 de la ruë de Bièvre qui travaille derrière les tapisseries7, je suis bien aise quand ma maistresse est dehors, car je n’ayme point à coucher toute seule, et est assez facile de juger en mon visage que je suis misericordieuse et que j’ayme mieux loger les nuds


6. Mot encore employé par Rabelais (liv. 4, ch. 51). C’est le féminin de saffre, gourmand, glouton ; mais il signifie plutôt ici friande. Oudin donne le même sens à savouret, savourette.

7. C’est-à-dire derrière les Gobelins.