Page:Variétés Tome IV.djvu/235

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


La lettre consolatoire escripte par le general de la compagnie des Crocheteurs de France à ses confrères, sur son restablissement au dessus de la Samaritaine du Pont-Neuf, naratifve des causes de son absence et voyages pendant icelle. Translatée de grec en françois par N. Horry, clerc du lieu de Barges en Bassigny.
1612. In-81.

Hæc sunt arma Bacchi.

Messieurs et confrères, je sçay que ma longue absence, provenue de la privation et de la cheute du magnifique et honorable siége auquel j’estois installé au dessus de la Samaritaine du Pont-Neuf, vous a causé une


1. Ce petit clocheteur, ou crocheteur, comme le peuple l’appeloit par altération, avoit été enlevé du sommet de la Samaritaine à cause des pasquils qui se publioient sous son nom. Concini, ne pouvant découvrir le véritable auteur de ces libelles, presque tous dirigés contre lui, avoit cru bon de s’en prendre à cette petite figure, qu’on en faisoit l’éditeur responsable. Le coup d’état eut lieu à propos d’un de ces pasquils en forme de harangue que le clocheteur étoit censé