Page:Variétés Tome VI.djvu/117

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


À monsieur de Villepreux, dix mil livres70.

À monsieur de Sainct-Gerant71, huict mil livres.

À monsieur de Courtenvaux72, dix mil livres.

À monsieur le chevalier de Souvray73, dix mil livres.

À monsieur Dallincourt74, vingt mil livres.

À monsieur Daumont75, dix mil livres.

À monsieur de Salcedde, dix mil livres.

À monsieur le vicomte de Bourgueil, dix mil livres.

À monsieur le comte de S.-Paul76, trente mil livres.



de la cour. V. notre t. 4, p. 343. C’étoit, à ce qu’il paroît, un grand fou.

70. Le même qui plus tard accompagna le duc de Guise dans son expédition de Naples, et fut l’un de ceux qui le servirent le mieux. V. Collect. Petitot, 2e série, t. 56, p. 181.

71. Il ne nous est connu que comme agent de Sully pour une mission qu’il lui donna à Moulins. V. Œconom. royales, édit. Petitot, t. 7, p. 407.

72. Gille de Souvray, marquis de Courtanvaulx, maréchal de France, gouverneur de Louis XIII. Il fut tué dans une affaire près d’Arras. V. Mém. de Monglat, Coll. Petitot, 2e série, t. 49, p. 276.

73. Il étoit en 1641 premier gentilhomme de la chambre et recevoit 6,000 livres.

74. Fils de Villeroy, l’un de ceux qui travaillèrent le plus à faire chasser Sully du ministère.

75. Antoine d’Aumont, fort jeune alors. Il devint maréchal de France sous Louis XIV.

76. Gouverneur d’Orléans. Sa femme recevoit encore en 1641 une pension de 6,000 livres.