Page:Variétés Tome VI.djvu/127

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


À monsieur de Flexelles, greffier du conseil, deux mil livres.

Aux cinq huissiers du conseil, six mil livres.

Dames.

À madame la Princesse, trente mil livres.

À madame la princesse de Conty, vingt mil livres.

À madame de Guyse, la douairière110, vingt mil livres.

À madame d’Elbeuf, la mère, dix mil livres111.

À madame de la Trimouille, dix mil livres.

À madame de Rohan, douze mil livres.

À madame de Longueville la mère, douze mil livres.

À madame la marquise de Verneuil112, dix mil livres.

À madame la comtesse de Mouret113, dix mil livres.



110. Elle faisoit beaucoup parler d’elle alors à cause de son commerce avec M. de Bellegarde. V. t. 5, p. 155.

111. C’est la même qui, en 1631, prit parti avec la princesse de Conti et le duc d’Orléans contre le cardinal et fut exilée.

112. Henriette d’Entragues, dont les amours avec Henri IV sont si connus. Elle mourut en 1633. Il est curieux de voir ici le fils pensionner la maîtresse de son père.

113. Encore une maîtresse de Henri IV pensionnée par son fils. C’est Jacqueline de Beuil, comtesse de Moret, qui eut du roi, en 1607, ce comte de Moret tué à la bataille de Castelnaudary, en 1632.