Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/128

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


98 ATTAQUE iection , ne pût hasarder une sortie , s’il étaitbien fort. Il i est à présumer que la — première place d’armes sera pour lors achevée et occupée par la garde , et la deuxième commencée mais non tout- )E‘¤;‘;:§:_'j à-fait achevée; en ce cas, 'la disposition suivante

°d:::: pourra servir à repousser la sortie et rendre. ses

•P•¤•üë*•· efforts inutiles. — · _ 1° Bien garnir les deux- extrémités ·de. la pre- mière place d’armes, _et le milieu par lesgi-ena- diers et- gens commandés , et le Surp1m;_d·; mème-, bordé par les bataillons. _ _- n° Si la deuxième place d’armes est-bien avan- cée , quoique non achevée ,-y faire tenir deux ou trois bataillons avecdos détachemeus et des nadiers à l’extrémité des ailes. - __

8•• Une compagnie de grepadiers à laqueue des '

travailleurs les plus avancés,_et quelques détache- mens pour les soutenir, avec des sentinelles _a, la tête du travail-, bien averties de ce q·u’elles au- ront à faire; et le surplus de la garde posté de manière qu’elle puisse border les places d’armes , et tous les logemens à feu qui seront en état. _ lnmuctinm Cela bien disposé , et toutes les gardesqfaisam

°ï,"i: front à la place , il faudra encore bien avertir

T"l°’l`°°° t0tlS les postes des choses qu’ils auront _à faire, dont la première est de ne se pas laisser sur- I prendre. _ . . I La deuxième , de ne point tenir dans les partie: imparfaites du travail, mais de céder, et faire reti- h li