Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/182

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


` O 162 Anson: lu emplois à fépnubment etuu pont , continuant Wkiolrl ledit pesage jmquüu detblûelles, ¢|\10)¤présumeètrefortuv•¤c6¤·qunidony ptrvieudm. « u * · · · Que si lebastion plonge sur le déboneltemmt, œue•en pu usesde cette montagne defltcîhes devant soi, ily faudra ojoutcr une bonne et forte . guIerie·qu’on uvnneerrpeu à·peu i l’nbridc là · montagne, commeil a déjà ét6·dit; ce qui sen continué ausi loin qua 'ln plongée ss pourra étendre, et même nu·delà. Le planche ·u par le plunetle profil B,mun¤·e ln cette manœuvre. ` · p.,,, ,4, Mais si Penudufonsé estgrosse et oourmte, 2f,"""" ouqtfelle puisse devcnirtelle,il faut oonienirde bonne foi Tie ln' plus difûcile mnnœuvre·dc'|t- tuques est celle du passàge dc ce fossé, spéciale- ment qunnd·on_ né peut détourner le courant' ni l’sH`nilglirpurle_dehors, et qu’à moins d'y appor- ter bien du soin et de Pedresse , il est bien difficile ` d’y réussir, si on ne trouve moyen dleteindre to« œlement le feu dela plnee; et que Ponnemi ne pui ·«  plus tirer des flancs , des faces , ni des cour- tines ,·non plus que des ltensilles; encore ne peut·· on éviter que les bombes, les pierres et les grenat- des ne vous inquiètent beaucoupr . — Si on pouvait éluder tout cela, on ferait ca qu’on voudrait; et ou travaillerait dàns ce fossé comme ailleurs. Mais on a beau faire , on n’en‘peut éviter ·