Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/185

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


nm rmcns. _ 155 L y feront les élgablissemens nécessaires _à pouvoir . contribuer à son achèvement en y travaillant de ` leur côté. ` ` · Au surplus, pour donner quelque mesure sur laquelle on puisse compter, et qui puisse servir dcrègle à ces passages, nous dirons : ' · 1** Quelle première connaissance sur laquelle on doit etre informé touchant ce passage, est-de ' savoir deeombien Pelévation de l’eau doit char- ger sur les écluses? - ` ~ - ·

6* Quelle est leur ouverture? , n·a··1g¤··

5** Quelle est la-largeur du fossé? _ ln:. l Pm" — 4** Quel volume (Peau il oharrîe . quand les écluses sont ouvertes? ·- - `· · 5** De quelle profondenril est, quand les eaux . y jouent de pleine force? · F ' 6° A quelle hautemvelles P0|1W8¤t monter. · Supposons après-cela une cliarge`d’eau sur les ¤¤•¤p¤•- écluses de 6 pieds de haut, de de profondeur ordinaire au bas des mêmes écluses, et de n pieds _ » I de pente depuis l’écluse jusquhu—pa>< age du fossé ; le tout fera in pieds, auxquels ilzen fa·ut· ajqu-L tera ,·pou1· supplément d’éléveti0n de la digue, ce fera I4 pieds en tout pourlélévation totale de ·ladite'digue , à·qu0i il~faut au moins donner le double d’épaisseur, faisant 28 pieds , si on veut la bienuassurer; et, comme il a été déjà dit,,la bien terrasser, charger de··pierres et piloter, en cenon compris lüëpàulemeixt, qui n’éumt composé que de