Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/193

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


mas PLACES. · 165 ' — . · a DES MINES. E . J’emploie peu l’usage des mines dans le cou- rm-;. rantdes attaques, ce_n’est pas que j’y renonce, iiîiiiîiiii j’e11 suis fort éloigné, mais je leur préfère celui 1,,;,Ã, du canon,parce que son effet n’est pas, à beaucoup près, Siincertain. · .» _ ` Avec le canon on fait brèche où on veut , quand on veut, et telle qu’on la veut; ce que la mine ne peut faire avec la même certitude. Quand les brèches sont ,au point que vous les désirez , vous battez le haut avec les mêmes pièces, sans être obligé de les changer, service qtüon ne saurait attendredes mines que pqrzhasardr __ Cependant il est vrai d‘e que de Pusuge du canon et des mines joints ensemble et employés à propos, résultent les moyens plus certains et presque les seuls que nous ayons, pour forcer .et défendre les _places,_sans`quoi tous autres sont longs, diiliciles et de peii d’eH`et·.# _ ·_ I i _ — W Comme il ne se peut que l’on n’ai_t très-souvent besoiudu secours des mines, soit pour attaquer ou defendre les places , et même pour les raser,. je ‘ mettrai ici ce que j’en ai appris, après avoir ex- pliqué les eH`ets et la façon des poudres. q 1 1*