Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/198

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


_ W *68 Arnoux , u Sm J. h on la réduit au huitième , comme `E·FG,·iig; 4; démonstration certainement. les rayons dudit embrasement s’al- du nftuu dn . . . ' . la p·¤·1··.‘ longeront huit fers autant' que ceux. du globe entier,- et réuniront en eur. toute la force et l’acti- vité dudit globe, comme il est représenté à.la quatrième figure. u . ` 4 Que si, au lieu de cette ouverture angulaire, on « réduit ,l’espace de sa ·fuite·_à·._un· canal rond ou V ‘ carré , de eapacité·pr0p0rtionnée àl celle despou- » drcsdestinées à lïembrasement, et queles envi- rons·de ce canal soient de matière dure et capable de toute la résistance nécessaire', Pembrasemem de la poudre dirigera par cecanal, agira avec une violence extrême dans toute sa longueur, et-poussera avec ·un éclat etune impétuosité sur- prenante , ce qu'elle trouvera à son chemin, bien loin au~.dclà de la bouche dudit canal, ¢01¤!¤e · \ il- est Ieprésenté par la cinquième ügure. _ , Ilendons présentement- l’ej’èt des mûres in- telligible, ,autqçt_que k sujet k pourra 1161*- p fllclüc. _ —· · s · _ I u ,t,,yzs.e.. ‘ Soit donc la mine -1, fig. 6, engagéede-5 ou uininiï" émises sous 'la superficie de la terre., le plus ou ` moins n’y fait rien. Si nous la supposons ' — mée , les rayons d8ll’lD.l'l3mm3£l0D_SCFO1}( sûrement eontenusparle bas B, soutenu de tout le_ globe de la terre opposé au vide Dqui est À sa superfieiê; ils le seront aussi par les côtés C, C,·segmens de ce ’ memeglobe, d’une épaisseur immensetlls le SHIÈGBC