Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/264

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


o 284. A·|=·rnQ¤s· `° ` utttudthybde Francs; le dpnü¤d¤¤¤u~6¢Im:x— duêulp wb dn bripüeh;

 dîl yu jllltll  

`rwxgî y devrait nvcirhü ·m¤6I•tmd¤•lnp

 ¤NüI•bI·îg•di•f¤-;·j’•tiI•l¤•urph|d•¤•¤¤m-

his et bien plus A chqs qu dentaire d•m·l¤nt·n6a. ·.· «· ~‘ s « · t uu »-· .

',["""
Il··at qu _|¢·gé¤nSml thin le

mnhhk, unis doiulp cntutp nnhnlù-et num t0¤•~l¤•i0¤·•; puma qu-ses vùiœsmpoçvmt èm courus, dlu—luî·omg¤ni¤t ùnpdntdintnn-

   pour lui qu lmœn-

duitc du tranchées qui peut allcr son train (lui qüllbnt) Ilsullit q·u’-il y viénnc do tàiups en tampa pu aœonphgné , pour sïmtruirç par lui-même de cc q¤c.l'0n y fuit; quànd œla lui arrive, il doit tout voir ct ne faire rendre compté sur lès lieu: dc ehnqna chose en pa.rtlc¤läI.'—· nt dnnnnpscn ordres sur toutes , autant ·qu’ii le jugera nécessaire. L · d -·-· ·‘ ‘ · A , ’ }`. , .