Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/265

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


\ nns vncns. i Y55 i . uonsnxcnnunynr- IOKSKIGNBUIMLE que .1:: ·

 ,      

Si` le —R0i~était enr petsonne à `Parmée, 'ou g>r髤»a¤¤· Monseigneur, oudlsforweigneurle duc deB0ur- isgîçsii _ gagne, et quïl voulut. voir la tranchée (lchqse âÈ`ÈÃ"JÃ:È que je nerdésapprouve pas )·, il faudi·ait· piendre M"' les précàutiôns suivnnteslsuf .1es tcmpsîles plus . _ propiesscsrïisites. . ~ —. l ·_ · · 1¤ Que cnlane lui &1'I'l'VC'PHÉ· souvent ,. mais seulement —deux·,· du quatre fois pendant un siége;·etn0n·plusQ ¥ ' · _ · .‘··- ' u 1 ’ 2¤ ee neuscitt qu':} des places cdnsidérablœi et nonàdçs bicqques, r ·.- · p- - . ` 5* Que-laftmnclaée suit bonne`; et autant assu- 1*66 q'n’q¤·lc'pept faim.' ' · ‘~ 5 È ` ' . 4‘¥'QIs’il—'v0ie Bôuvertuize lastranchée si bon ' lui semble} mais qu’îl ne Visite plus que son canon-ne se - soit rendu mait1·o=⤠celuj de la1 plaœ.- .r ·= . —— 4- 5°' Que la nuit qui précèdera.·les· Yisites qufil voudra faire, on envoie une-partie de- sèsgardes à la tranchée , disu·ibués· par petits peletons en _ differens-.endrpitsQ pnur plus gtande'_sûreté'çle sa perscnne, - É ç ·` · · ` Q 6° Qu’îl y aille fest peu accompagné , et seule-