Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/276

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


46 urnejun ·

Onu: mnédnuaknqp pa6de·tîter nuaîgqâàtuee q¤’elle peut tltmpcl ac rg¤i`¢re¤¤··C¤lif:ît`,·¤t _?ip· ·w.. L‘Lr¤¢,J’ar· àéofçmgahedo

  • 56- ` anlQageux,_àt sf} retrinela; I Vnleiwîtnnu,

les ennemis ge poaèrent i Paume, _aùt:6 .p0•tc_ ivtdlgçllj i i 0üîlH`¢U!¢t1I¤¤l|_ ` èfcllt L `: il 'HPÃIIPII œ1n•Ãn’en hunt , , etqù'elb_udc¢üEmn· œntpuli; carqIlein’îrbiîtpas6to¤1\Iiùntdnn-

 ,iumom¤:ude|e¤i·a§•·îvFBe;

on vçnt¤vob*::h· ¥u¤··q•e_1!¤u fait â que plus ,

 il mlm; d¤]1§er•1l'aiblirl6•   ,

ellemènrvu son temps et de choisit une situation avantageuse i une lieue ou environ des lignes. Là elle se retranche et attend le moment du berger , pendant quoi. elle se saisit des peti}; postes avanta- geux des environs qui peuvent lui être bons À quel- que chose. Après cela , elle fait reconnaitre les·li— · guns , et ne nurnqtne pas de donner toute la izilousie possible aux nssiégcàns, et cela de tous côtés, ce qui ne se passe guère sans plusieurs petited allai- res de cavalerie qui ne décident rien, et q¤'0n xfengngerde partdes ennemis que pour avoir lieu düpprocher les ligr1eà` de plus prè$Q et ·d’en reconnaitre mieux les abords ,Ã et de la perl des as- tîêgeans, que pour les en empêcher. Pendant que