Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/68

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


OBSERVATIONS À FAIRE
SUR LA RECONNAISSANCE DES PLACES.


Il y a présentement peu de places dans l’Europe, à notre portée, dont nous n’ayons des plans ; la plupart même sont imprimés et se vendent dans les boutiques des graveurs et libraires de Paris, avec privilége, notamment les nôtres. Pour peu qu’on en fasse rechercher, il se trouve toujours quelqu’un qui en a de celles des ennemis. Bien que la plupart soient fautifs et peu exactsUtilité des plans des places, même fautifs., on ne laisse pas de s’en aider, et d’en tirer des lumières qui ne sont pas inutiles ; c’est pourquoi je suis d’avis de ne les pas négliger, non plus que les cartes des environs.

On trouve encore moyen d’apprendre quelque chose de l’état des places par des gens du pays ; notamment par des ouvriers un peu intelligens, comme maçons, tailleurs de pierre, appareilleurs, terrassiers, entrepreneurs, etc. avec quelques libéralités. On peut encore introduire quelqu’un dedans qui, après y avoir demeuré quelque temps, vous apporte des nouvelles de ce que vous avez envie de savoir.

À tout ce qu’on peut apprendre de la sorte, à quoi il ne se faut pas trop fier, on doit y ajouter ce que l’on en peut découvrir par soi-même. C’est pourquoi il faut les reconnaître en personne, ou