Page:Verhaeren - Contes de minuit, 1884.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


astres s’éteignent doucement, avec une résignation de défaite et de martyre. Car les choses, elles aussi, obéissent à des sentiments humains. Elles s’aiment ou se haïssent, se comprennent ou se jalousent, se fondent ou se querellent. On ignore souvent à quels amours ou à quelles luttes, à quelles alliances ou à quels combats donnent lieu la juxtaposition de certaines couleurs, les assemblages de disparates beautés. Il y a en tout de mystérieuses lois d’attraction qui déterminent la beauté aussi bien que l’ordre. Les sympathies naissent comme les harmonies et les haines se déploient comme les désastres.

Au moment où Vinckx s’assit, une goutte large et grasse tomba sur un album ouvert devant lui. Le feuillet retourné, à peine fut-il examiné, que deux gouttes aussi grasses et aussi