Page:Verne - Histoire des grands voyages et des grands voyageurs, Hetzel, 1870, tome 1.djvu/142

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHAPITRE V

Ibn Batuta (1328-1353).

Ibn Batuta. — Le Nil. — Gaza, Tyr, Tiberias, le Liban, Balbek, Damas, Meshed, Bassorah, Bagdad, Tébriz, Médine, la Mecque. — L’Yemen. — L’Abyssinie. — Le pays des Berbères. — Le Zanguebar. — Ormuz. — La Syrie. — L’Anatolie. — L’Asie Mineure. — Astrakan. — Constantinople. — Le Turkestan. — Hérat. — L’Indus. — Delhi. — Le Malabar. — Les Maldives. —Ceylan. —Le Coromandel. — Le Bengale. — Les Nicobar.— Sumatra. — La Chine. — L’Afrique. — Le Niger. — Tembouctou.

Marco Polo avait revu sa patrie depuis vingt-cinq ans environ, lorsqu’un frère mineur de l’ordre de Saint François traversa toute l’Asie, de 1313 à 1330, depuis la mer Noire jusqu’aux extrêmes limites de la Chine, en passant par Trébizonde, le mont Ararat, Babel et l’île de Java. Mais sa relation est si confuse et sa crédulité si évidente, qu’on ne peut attacher aucune importance à ses récits. Il en est de même des voyages fabuleux de Jean de Mandeville, dont Cooley dit qu’il publia « un ouvrage tellement rempli de mensonges, qu’il n’en existe peut--