Page:Verne - L'Agence Thompson and C°, Hetzel, 1907.djvu/74

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
66
L’AGENCE THOMPSON AND Co.

Au surplus, depuis le départ de New-York, Jack ne s’était permis aucune allusion à ce qu’il appelait audacieusement son amour et il n’était pas sorti de sa prudente réserve à bord du Seamew. Taciturne, il donnait aux deux sœurs sa présence matérielle, il gardait sa pensée, attendant. Son humeur devint encore plus sombre, quand Roger de Sorguesflut présenté aux passagères américaines et s’en fit bien venir par sa bonne grâce et sa gaieté. Il se rassura toutefois en voyant Roger s’occuper infiniment plus de Dolly que de sa sœur.

Quant aux autres hôtes du Seamew, il n’y pensait guère. À peine s’il connaissait leur existence. Il ignorait dédaigneusement celle de Robert.

Alice était moins hautaine. Ses yeux pénétrants de femme avaient remarqué l’évident désaccord de la position subalterne de l’interprète et de son apparence extérieure, ainsi que la froideur polie avec laquelle il recevait les avances de certains passagers, et notamment de Roger de Sorgues.

« Que pensez-vous de votre compatriote ? avait-elle demandé un jour à ce dernier, qui venait précisément de dire à Robert quelques mots accueillis comme de coutume. Il a l’air peu liant, ce me semble.

— C’est un être fier, et qui entend rester à sa place, avait répondu Roger, sans chercher à dissimuler son évidente sympathie pour son discret compatriote.

— Il faut qu’il soit bien au-dessus d’elle pour s’y maintenir avec une si ferme dignité, » dit simplement Alice.

Celle réserve, cependant, force serait bien à Robert d’y renoncer. Le moment était proche où il lui faudrait entrer vraiment en fonction. La quiétude présente était de nature à lui faire oublier sa position réelle. Mais le moindre incident la lui rappellerait nécessairement, et cet incident devait se produire avant même que le Seamew eût pour la première fois atterri.

Depuis qu’on avait quitté la Manche, on avait constamment suivi une direction ouest-sud-ouest, un peu moins méridionale