Page:Verne - La Chasse au Météore, Hetzel, 1908.djvu/192

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
177
LA CHASSE AU MÉTÉORE
Il faillait que M. de Schnack vint à passer… (Page 175.)

de cette féerie astronomique se trouvait à la porte du Canada.

Mr Seth Stanfort prit donc le premier train qui partait pour Québec, puis, de là, celui qui courait vers Boston à travers les plaines du Dominion et de la Nouvelle-Angleterre.

Quarante-huit heures après l’embarquement de ce gentleman, le Mozik, sans perdre la terre de vue, passa au large de Portsmouth, puis de Portland, à portée des sémaphores. Peut-être étaient-ils en mesure de donner des nouvelles du bolide, que l’on