Page:Verreau - Quelques notes sur Antoine de Lamothe de Cadillac, c1885.djvu/4

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
4

Lotbinière, lieutenant-général en la Prévôté de Québec, avait assisté à son mariage et voulut, plus tard, être le parrain de Thérèse.

Celle-ci avait fait son éducation chez les Ursulines. (Les Ursulines de Québec, t. 1, p. 333.)

À l’époque de son mariage, elle était âgée de seize ans, et se trouvait orpheline depuis près de deux ans, ayant eu le malheur de perdre presque en même temps son père et sa mère.

De ses trois frères, vivants en 1689, l’aîné, du Fresney se maria un an après elle, c’est-à-dire aussitôt qu’il eut atteint sa majorité, et il devint le tuteur des autres. Il s’établit à Québec ; il eut une nombreuse famille ; mais ses enfants moururent presque tous en bas âge.

François mourut jeune : lui, sa femme, ses cinq enfants, tous étaient morts au commencement de 1703.

Joseph avait un caractère décidé et avide d’aventures. On ne voit pas qu’il se soit marié. À l’âge de 20 ans, il se fait émanciper (Conseil Supérieur, 30 juin 1693.) L’âge de majorité, comme tout le monde le sait, était fixé à vingt-cinq ans.

Mais on peut dire, sans jeu de mot, qu’il était déjà très émancipé. On le trouve dans la compagnie des deux De Niort de la Noraye, jeunes gens notoirement joueurs et prodigues. Au commencement de janvier 1694, on leur reproche, entre autres escapades, d’avoir, en compagnie de Le Moyne de Martigny et de Denis Juchereau de la Ferté, fait tapage nocturne dans les rues de la basse-ville de Québec, cassé les vitres et enfoncé les portes qui n’étaient pas protégées par les volets et les armatures de fer, nécessaires à cette